Dimanche 27 septembre 2020 – IgnisDIARY

À l’époque où j’ai choisi de m’installer à l’écart de la confusion de la ville, j’étais convaincu que les inconvénients étaient largement compensés par les avantages. En fait, il en est ainsi, si ce n’est que même dans les collines, il y a ces entités biologiques terrestres appelées voisins.

Le dimanche est mon jour de repos et bien sûr, je suis réveillé par des centres d’appels qui prétendent être autre chose que d’habitude. Par une manœuvre astucieuse, je les convaincs d’appeler plus tard, je mets le numéro de téléphone sur la liste noire, j’obtiens la couverture et j’essaie à nouveau de m’endormir.

Je suis presque aveuglé par un rayon de soleil qui traverse massivement la vitre. À ce moment-là, je me lève, je ferme les rideaux, je caresse le chien, je caresse le chat et je retourne sous les couvertures. J’ai le temps de soupirer quand j’entends un rugissement agaçant et continu qui fait trembler la maison.

C’est le voisin, un bon à rien, un retraité qui, chaque dimanche matin à huit heures, casse les tympans de tout le quartier avec la tondeuse à gazon. Aujourd’hui, il a une heure de retard, je commençais à m’inquiéter. Comme si j’étais un canard, je me bouche les oreilles autant que possible et j’essaie de dormir, le chien commence à aboyer, il a entendu quelque chose dehors.

C’est une famille de loirs vivant sur l’arbre du voisin qui court dans tous les sens parce qu’elle est gênée par le moteur de la tondeuse à gazon. Je me demande pourquoi il commence à tondre la pelouse le dimanche alors que les autres jours il n’a rien d’autre à faire. Les autres jours, nous nous levons tous tôt pour aller travailler, cela ne nous dérangerait pas du tout.

Entre une chose et l’autre, c’est l’heure du déjeuner, et après avoir pris quelques rafraîchissements, nous commençons à nous préparer pour aller à la messe. Dans quelques jours, ce sera la fête du saint patron de l’église et cela ne signifie qu’une chose. Encore plus d’humanité dans une structure microscopique et, pire encore, le chœur.

Bien qu’ils doivent être respectés, car de toute façon c’est l’engagement qui compte, jamais il n’y a eu autant de chœurs désaccordés. Même les verres de leurs lunettes tremblaient et il semblait qu’ils ne chantaient même pas tous la même chanson.  Il faut apprécier qu’ils aient essayé, car je pense qu’ils connaissaient aussi leurs limites.

Aussi parce que cette année, il n’y aura pas de procession ou d’autre activité qui nécessite la moindre assemblée. De plus, comme il ne sera pas possible de bénir les maisons cette année, le prêtre nous donnera quelques ampoules d’eau bénite pour que nous puissions les bénir nous-mêmes. Nous faisons ce que nous pouvons.

Après la messe, nous faisons une promenade en ville et après quelques heures, nous rentrons chez nous. Je ne peux toujours pas rester dehors à cause de mon mal de dos. Donc, pour éviter de trop le solliciter, nous avons décidé de démonter le tuyau sous le lavabo de la salle de bain car il était bouché.

Comment cela s’est-il passé ? Nous avons décidé d’appeler un plombier qui est meilleur. Quoi qu’il en soit, l’évier fonctionne, je pense que certaines pièces ont fait leur temps car même s’il est parfaitement étanche (à mon avis) il continue à perdre quelques gouttes. C’est le prix que vous payez en achetant des choses bon marché. Mais maintenant que j’y pense, ce n’est pas un de ces lavabos que l’on peut acheter dans les centres commerciaux spéciaux.

Et puis ils se demandent comment il se fait que de telles réalités finissent par régner sur les autres.

Après le dîner, je vais jouer à mon jeu vidéo et me coucher, demain sera de nouveau lundi et je n’apprécie pas du tout le lundi. Un câlin à tout le monde si je peux, à demain si Dieu le veut.


Laisser un commentaire