La nouvelle année, la bonne perspective

Au cours de ma vie, je soupçonne que le lieu où l’on vit contribue beaucoup à façonner l’individu. Je pense qu’il est plausible de penser que plus un lieu est petit et isolé, plus la pensée de ses habitants sera fermée et limitée d’un point de vue social.

Je pense qu’il pourrait être raisonnable d’envisager l’hypothèse selon laquelle quelqu’un pourrait être amené à penser que le monde commence et se termine avec ses propres expériences. On m’a appris que cette façon d’être fait de l’homme une entité mesquine, superficielle et obtuse. Plus la mentalité de l’interlocuteur est étroite et limitée, plus il sera difficile de le convaincre de choses qui semblent improbables parce qu’il ne connaît rien de la vie et du monde. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, une personne capable, préparée et performante, a moins de difficultés à considérer comme fiables les notions de son interlocuteur car pour lui, exceller dans quelque chose est tout à fait normal.

Il est bien connu que la personne qui ment souvent, a tendance à réfléchir sur l’interlocuteur à sa propre façon d’être en supposant qu’il ment aussi. De même, la personne fermée a également tendance à croire que les autres sont aussi limités que lui. L’exploration de tout ce qui nous entoure a toujours été à la base du progrès dans tous les domaines. La curiosité, la volonté de comparer et d’apprendre ont toujours été l’élément vital de l’humanité.

Bien que mon statut d’être humain (en fait, même pas si intelligent que ça), m’amène à avoir de grandes limites, j’ai toujours voulu poursuivre la connaissance. Je ne pouvais pas croire que le monde était limité à des choses qui me sont familières, et je n’ai jamais voulu accepter que la connaissance soit l’enfant de mes propres suppositions ignorantes.

Je suppose que c’est la raison pour laquelle j’ai décidé de commencer à envoyer des courriers électroniques à des personnes éloignées dans une autre langue que la mienne. J’ai parfois eu quelques déceptions, mais elles ont été largement compensées par le charme des histoires et les différentes perspectives sur la vie qui m’ont été proposées. Juste pour donner un exemple, j’ai reçu aujourd’hui un courriel d’une de ces personnes qui m’a posé une question inhabituelle pour moi.

Malgré la pandémie, comme chaque 31 décembre, mes correspondants et moi (même ceux qui saluent la nouvelle année à des jours différents) échangeons les vœux du Nouvel An. Dans de nombreux pays, y compris le mien, il est de tradition d’avoir une bonne résolution ou un bon objectif à atteindre pour l’année à venir. C’est pourquoi je reçois généralement, en même temps que les souhaits, des questions telles que

Que souhaitez-vous pour l’année à venir ?

Que proposez-vous de faire au cours de l’année à venir ?

Quels sont vos objectifs pour l’année à venir ?

Quels sont vos projets pour l’année prochaine ?

Je réponds ponctuellement que j’espère avoir assez de constance et de force morale pour perdre du poids et comme c’est prévisible, chaque année je trahis cette intention qui est la mienne. Cette fois-ci, j’ai aussi l’excuse que pendant de nombreux jours, nous avons été obligés de rester à la maison pour le confinement et que nous avons donc mangé de façon non réglementée, menant une vie sédentaire incompatible avec une bonne forme physique et un mode de vie actif et sain. À ce stade, certains d’entre vous peuvent être amenés à penser que la question à l’origine de cet article était liée à la pandémie ou à un espoir pour l’avenir puisque tous les peuples souffrent d’une manière ou d’une autre en cette période. Mais non ! La question que cette personne indonésienne m’a posée est la suivante :

De quoi êtes-vous le plus reconnaissant cette année ?

Oui, même moi, j’ai changé d’expression sur mon visage quand j’ai lu cette question. Cette personne qui ne me connaît pas, qui ne sait pas à quoi je ressemble, qui sait très peu de choses sur ma vie privée (parce que je suis une personne fermée et réservée), avec une simple phrase m’a rappelé que la vie, qu’elle soit accompagnée de petits ou de grands problèmes, est toujours un cadeau dont il faut être reconnaissant.

Un étranger qui a un peu plus de la moitié de mon âge, venu de l’autre bout du monde, m’a amené à voir les choses sous le bon angle. Elle m’a fait réaliser que j’étais tellement pris par ma vie, mes rêves, mes malheurs et mes mésaventures que j’ai perdu de vue le plus beau des cadeaux.

Nous sommes toujours là ! Nous avons la possibilité de vivre, de sourire, d’apprendre, d’enseigner et de faire ce que nous pouvons pour nous-mêmes et pour les autres. Je vous en suis reconnaissant.

Mes amis, ce n’est certainement pas la richesse ou le succès qui détermine qui nous sommes ou ce que nous valons. La plupart du temps, pour comprendre le sens de la vie (ou d’une partie de celle-ci), nous devrions aller au-delà de la place devant notre maison parce que nous pouvons apprendre de tout le monde, en particulier des personnes qui vivent une réalité différente de la nôtre.

Bonne année.


1 réflexion au sujet de « La nouvelle année, la bonne perspective »

  1. C’est vrai, la vie est un cadeau et commencer les jours en souriant est la plus belle chose qu’il y ait. Nous passons l’année à sourire pour nous pardonner et à reconnaître que malgré tout, la vie est merveilleuse.

    Répondre

Laisser un commentaire