Et le temps de l’information sociale et libre est venu

Bien que j’écrive depuis très peu de temps, je pense que même les moins attentifs d’entre vous auront compris que j’aime fréquenter les réseaux sociaux pour l’entreprise et parce qu’ils sont une source inépuisable d’informations pour ceux qui, comme moi, les utilisent pour nourrir leur réflexion. Les sociologues et les psychologues qui ont fait l’histoire pour leurs domaines d’expertise respectifs, sans l’ombre d’un doute, auraient fait de fausses cartes afin d’avoir en leur temps un outil comme Internet.

Tout comme les professionnels du marketing, ils auraient certainement apprécié les rêves, les aspirations, les désirs, les valeurs et les craintes d’une grande partie de la population mondiale. Parce que nous sommes tous, que nous le voulions ou non, conditionnés directement ou indirectement par l’internet et les tendances des réseaux sociaux.

Pour donner un exemple, récemment, sur une plateforme de streaming initialement créée pour les joueurs, j’ai reconnu par hasard un mot qui venait du grec et qui avait été adapté au fil du temps pour devenir italien. En gros, comme la plupart des mots de ma langue maternelle.

C’est un de ces mots que personne ne dit jamais et honnêtement, on peut très bien vivre sans le savoir. J’ai eu l’impression que la banderole avait besoin d’être clarifiée sur la signification du mot qu’elle lisait et je lui ai expliqué le sens. Ponctuellement, une autre personne est venue avec une explication qui se heurtait un peu à la mienne.

Je copie sa phrase et je la cherche sur le moteur de recherche le plus célèbre du monde. Devinez quoi. Il avait pris l’explication sur Internet et ce qui était écrit sur l’article était complètement faux. Ce qui m’a fait penser, c’est que cet homme défendait sans relâche un article contenant des informations incorrectes que quelqu’un d’autre avait écrit.

Ce qui n’est peut-être pas clair pour les personnes qui recherchent des informations sur Internet, c’est que les moteurs de recherche n’indexent pas d’abord les articles contenant les informations les plus fiables, mais ceux qui se trouvent sur des sites optimisés pour apparaître en tête des moteurs de recherche. La technique que ces sites utilisent est appelée SEO mais elle n’est pas le sujet de cet article Dieu merci.

Imaginez une infinité d’articles écrits dans d’autres langues que la vôtre. Vous avez un site, vous prenez ces vieux articles écrits dans d’autres langues sur d’anciens sites non optimisés pour les algorithmes récents des moteurs de recherche, vous les traduisez au moins moins mal avec le traducteur automatique, vous ne comprenez rien parce que ce n’est pas votre domaine et parce que vous ne pouvez pas trop vous attarder pour vérifier la fiabilité et publier un article qui prétend être la vérité absolue.

À ce moment précis, vous auriez fait un dégât effrayant. Lorsque des livres étaient autrefois écrits (je parle d’il y a longtemps), ils étaient publiés uniquement et exclusivement si l’auteur était une source reconnue et fiable, ayant de nombreuses années d’études derrière lui. Aucune maison d’édition ne songerait jamais à publier un livre de quelqu’un qui ne serait pas considéré comme faisant autorité dans son domaine.

Désormais, tout le monde peut publier un livre, même sous forme électronique, sans frais particuliers, ce qui rend plus difficile la recherche d’informations complètes et fiables. De plus, il y a un grand aspect que beaucoup de gens sous-estiment : « la discipline ». Dans la langue italienne, la discipline est parfois synonyme de quelque chose d’inhérent à l’enseignement. Les enseignants sont ceux qui enseignent. Les apprenants sont les disciples, ceux qui apprennent une discipline.

À mon avis, nous ne devons pas sous-estimer un autre sens de la discipline. Si vous vous trouvez à lire deux livres qui traitent du même sujet mais qui ont été écrits à des moments différents, vous vous rendrez immédiatement compte qu’en dehors du contenu, les plus anciens sont mieux écrits et expliquent mieux le sujet tout en ayant un type d’exposition beaucoup plus formel et réduit.

J’ai essayé, à ma manière, de donner une explication à ce fait objectif. Quiconque copie un article sur Internet pour effectuer une recherche n’a pas transpiré pour obtenir cette information. Ils n’ont aucun respect pour le sujet qu’ils traitent et, par conséquent, ni une passion durable ni une compréhension adéquate ne peuvent en découler. Pour vous donner un exemple, bien qu’il soit clair que la plupart des recherches médicales peuvent être trouvées sur Internet, je ne serais pas traité par un blogger s’il n’est pas médecin. Et, espérons-le, vous non plus.

Etudier penché sur les livres, traiter avec certains milieux et professionnels n’est pas quelque chose qui peut être remplacé de toute façon par un article copié sur un blog quelconque. Pourtant, il m’a semblé assister à la naissance de véritables cultes formés par des personnes qui croient vraiment pouvoir interpréter et comprendre toutes les informations qui sont dispersées sur Internet.

Il y a aussi un autre aspect à considérer, beaucoup de gens essaient de comprendre les sujets scientifiques sur Internet comme s’ils traitaient de sujets humanistes. Cette façon de faire, n’est pas seulement liée à la recherche qui se fait sur Internet mais elle est aussi très répandue dans la réalité. Pour vous donner un exemple, j’aime la photographie et l’informatique.

Je ne pense pas être un top, mais j’ai étudié ces sujets de manière plus ou moins approfondie au fil des ans. Il m’arrive souvent que des connaissances me demandent des avis (gratuitement bien sûr) et qu’ensuite, sur le même sujet, elles demandent aux autres leur « version ». En laissant de côté le fait que c’est extrêmement offensant, nous allons plutôt nous concentrer sur la partie pratique.

Obtenir des informations sur un sujet sans l’étudier directement, demander à droite et à gauche leur avis, nous fait passer pour des naufragés jetés à la merci des vagues. Normalement, obtenir des informations de plusieurs sources est sans doute l’option la plus sage lorsqu’on lit plusieurs journaux. Ce n’est cependant pas le cas lorsque vous voulez comprendre le sujet d’un point de vue éducatif.

Il est inévitable que pour toute activité humaine, il existe des écoles de pensée. Ces écoles sont souvent opposées les unes aux autres. Comment faire ? Abandonnez-vous la technologie pour vous fier exclusivement à des professionnels qui ont consacré leur vie à ce qu’ils font ? En fait, même si je me rends compte que cette réponse est peut-être impopulaire, elle l’est en partie.

Je ne veux pas être mal compris, la technologie ne peut pas être arrêtée. Ce que nous pouvons faire, c’est essayer de l’utiliser comme un outil sans tomber dans la tromperie habituelle qui consiste à devenir ses esclaves. Vous n’êtes pas esclave de la technologie ? Essayez de laisser votre smartphone à la maison pendant une semaine. Essayez de parler à quelqu’un sans chercher des informations telles que les dates, les lieux et les personnes sur Internet. Ensuite, vous me communiquerez le résultat.

Un informaticien voit l’informatique comme un outil même s’il l’utilise parfois pour son propre amusement. Un économiste, voit l’argent comme un outil, même s’il le considère parfois comme une source de prospérité. À ce stade, je me suis demandé ce qui change d’un point de vue mental. La réponse que je me suis donnée est la « discipline » entendue comme le bon temps consacré avec constance et sérieux à apprendre une partie essentielle des sujets en question.

Il est inutile d’écouter un milliard de sources différentes si nous n’avons pas les bases nécessaires pour les comprendre. Nous devons d’abord faire un effort pour apprendre ce sujet particulier et ce n’est qu’alors que nous pouvons espérer, à mon humble avis, comprendre quelque chose lorsque nous traitons un type d’information particulier.

Pour donner un exemple, combien d’entre vous savent exactement ce qu’est l’économie keynésienne sans la chercher sur Internet ? Et êtes-vous vraiment sûr qu’en le cherchant sur Internet et en lisant les premières lignes d’un article, vous pourrez savoir à quel point un économiste a consacré sa vie à ce sujet ? Combien d’entre vous savent, par exemple, qu’Alexandre le Grand est mort sans l’avoir recherché sur Google ? Que pourrait-il se passer si, du jour au lendemain, la technologie devenait inutilisable ?

Et donc, mes amis, la liberté est aussi physique mais surtout mentale. On ne peut pas être libre si notre esprit ne puise pas dans notre mémoire mais s’appuie sur une base de données technologique. Je crains qu’à l’avenir nous devenions de plus en plus paresseux. Certains disent que nous assistons à une réduction progressive du renseignement. Un informaticien pourrait soutenir que la mémoire et la capacité à traiter l’information sont deux parties différentes. On pourrait penser que la capacité de raisonnement peut être liée à une base de données externe comme un moteur de recherche.

Où pensez-vous que les informations que vous lisez vont si ce n’est dans votre mémoire à court terme ? Et ne serait-ce pas formidable si nous avions déjà ce dont nous avons besoin dans notre mémoire à long terme ? Une grande quantité d’informations à rassembler et à réfléchir pour produire un raisonnement logique.

Ne parlons pas de la tendance à la mode. Cet aspect a été particulièrement difficile à analyser pour moi car je ne suis jamais les modes et je pense que je suis une personne ayant peu d’influence en moyenne. Je peux imaginer ce que vous pensez à ce stade. En fait, vous avez peut-être raison, mais le monde n’est pas en noir et blanc. Laissez-moi vous donner un autre exemple, car j’ai l’habitude de m’expliquer de cette façon.

Dans la même discussion en ligne dont je vous ai parlé, une personne a loué le point de vue d’un célèbre blogueur qui a fait fortune en affirmant que l’un des livres les plus célèbres de l’histoire parle en fait d’une sorte d’extraterrestre. Celui qui est alors devenu un « écrivain assez célèbre », a basé ses théories sur une traduction « littérale ». J’ai donc expliqué à cette personne que le point de vue de cet « écrivain » ne me convainquait pas beaucoup et bien sûr, comme je le fais souvent, je lui ai aussi expliqué pourquoi, en utilisant quelques exemples bien sûr.

Inutile de dire que j’ai été immédiatement attaqué, on m’a dit en gros que je suis obtus, que je pense avoir la vérité dans ma poche et que je suis un de ces moutons qui n’aiment pas quand les gens « pensent par eux-mêmes ». Le jugement de cette personne, qui a aussi mon âge, m’a fait sourire. Ce n’est pas la première fois que l’on me traite d’arrogant et d’obtus, il est donc clair que ce jugement n’a jamais atteint le but pour lequel il a été rendu.

J’ai ri pour plusieurs raisons. J’ai appris que les gens ont normalement tendance à projeter leurs défauts sur les autres de manière pseudo-consciente. Tout d’abord, il m’a semblé étrange qu’un type sorte de nulle part et trouve la solution à tous les plus grands mystères de l’homme simplement en traduisant un texte littéralement. N’oublions pas qu’aucune langue ne doit jamais être traduite littéralement.

L’autre chose étrange était certainement la prédisposition de cet écrivain, pendant ses « conférences », à de très longues introductions qui, à mes yeux, ressemblent beaucoup à une sorte de sortie légale, plus à une préface. Oui, je sais que la préface et l’introduction sont deux choses différentes, mais je les utilise de manière discursive pour éviter de me répéter.

La dernière chose étrange est que j’ai aperçu certaines incohérences. Bien que l’écrivain ait déclaré qu’il n’avait pas l’intention de juger et qu’il n’avait pas la vérité dans sa poche, il exprime des jugements et des interprétations très précis. Ainsi, en traduisant « littéralement » un texte, il donne sa libre interprétation et contredit donc le principe selon lequel il comprendrait le vrai sens de ces écrits.

Néanmoins, j’admets que je suis ignorant et donc, au lieu de porter un jugement basé sur la sympathie, j’ai commencé à étudier les langues anciennes sur lesquelles ces écrits sont basés. Après plusieurs mois, sur la base de ce que j’ai vu de mes propres yeux en approfondissant la question, je me suis rendu compte que les traductions littérales qui étaient faites étaient fausses en elles-mêmes et qu’il n’était pas possible de faire une traduction littérale de toute façon.

J’en ai donc conclu que les écrits de cet homme sont pour moi le fruit de la fantaisie et je pense qu’il le sait très bien aussi.

Analysons maintenant mon comportement par rapport à cet exemple et mettons le en relation avec ce que je semble voir autour de moi. Tout d’abord, j’ai acquis une certaine information de manière générique. À ce stade, beaucoup s’arrêtent. Il y a ceux qui ne veulent pas croire cette source particulière, il y a ceux qui veulent croire, il y a ceux qui croient et il y a ceux qui ne croient pas. Pourquoi ai-je écrit « veut » ? Tout simplement parce que, bien souvent, nous sommes conditionnés par nos sentiments plus que par le raisonnement.

Je ne serais pas surpris que certaines personnes n’aient pas une bonne relation avec ce texte sacré parmi les disciples de cet écrivain.

Je ne voulais donc pas m’arrêter à mes expériences, mes croyances et mon niveau de sympathie. J’ai essayé d’aller plus loin. J’ai donc lu les livres de cet écrivain, écouté ses livres audio et suivi ses conférences sur les chaînes youtube. Cependant, je suis arrivé à un certain point où je me suis rendu compte que je manquais d’outils pour un jugement définitif et j’ai donc consacré une partie de mon temps libre d’une année à l’étude des langues anciennes.

Je suis prêt à parier que très peu de disciples de cet écrivain se sont donné autant de mal. Comment pouvez-vous dire à une autre personne qu’elle est incapable de penser par elle-même si vous ne vérifiez même pas l’exactitude des traductions sur lesquelles une thèse est basée ? Je pense que c’est une caractéristique humaine d’avoir besoin d’une foi inconditionnelle et il est également commode que nous ayons tous tendance à la paresse.

C’est ainsi que naissent les soi-disant « fans ». Ceux qui, pour des raisons sentimentales et sans un raisonnement qui puise ses racines dans l’étude approfondie du sujet, se sentent liés à un modus operandi spécifique ou à une faction quelconque. C’est ainsi que naissent les malentendus, qui perdent alors toute confiance. Au fil du temps, chaque faction ressent le besoin de mentir, de modifier, de sous-estimer ou d’exagérer la réalité afin de réaliser une thèse qui, à ce moment-là, donne raison à sa faction.

À mesure que nous avançons, la civilisation se remplit de concepts de plus en plus complexes et il n’y a, à mon humble avis, aucun moyen de comprendre un concept complexe d’un seul coup d’œil. Il faut étudier les arguments, il faut les disséquer et aussi essayer de comprendre les interactions car tout est lié. Il y a une telle variété de sujets et d’arguments que je pense que c’est une erreur de se convaincre qu’on sait tout.

Normalement, mon expérience m’amène à faire davantage confiance aux personnes qui répondent à mes questions par « dépend ». La technologie nous a tous connectés et ce qui était autrefois un journal intime dans un grenier poussiéreux que personne ne lirait jamais peut devenir un blog. Ce qui était autrefois des lucubrations mentales ou même de brillantes intuitions, souvent confiées uniquement à notre entourage dans un environnement amical, devient de notoriété publique. Et donc nous sommes ruinés ?

Non, bien sûr que non. Il existe une manière beaucoup plus productive d’utiliser l’internet et les médias sociaux. Un bon moyen serait de rejoindre un groupe de mathématiques sur Facebook pour échanger des notes ou des explications sur certains exercices. Vous pouvez rechercher sur Internet « sur les bons sites » des informations statistiques, scientifiques ou humanistes, mais n’oubliez pas de toujours vérifier les sources.

Nous aurons le temps de surmonter la distance entre la technologie et notre maturité émotionnelle si nous nous attardons un peu et si nous nous consacrons à nos passions avec constance. Chacun d’entre nous peut apporter sa propre contribution, ce qui change, c’est la façon dont nous la donnons. Nous pouvons exprimer nos pensées de manière superficielle, en fournissant peut-être une grande quantité de contenu, et nous pouvons fournir nos pensées d’une manière qui laisse une partie de nous aux autres.

Bien que chacun de nous, dans une certaine mesure, ait reçu et recevra sa propre dose de déception, je veux espérer que nous sommes plus que ce que nous croyons parfois. Si « absurdement » une espèce différente, étrangère et télépathique, nous observait, comment ne pourrait-elle pas être fascinée par la façon dont nous communiquons nos sentiments et nos idées à travers les mathématiques, les langues et l’art. Combien nous pouvons communiquer avec une peinture ou une simple mélodie.

Ce qui me vient à l’esprit pour conclure cet article est que l’internet et les médias sociaux ne sont que des outils et qu’en tant que tels, lorsqu’ils sont utilisés correctement, ils peuvent apporter de nombreux avantages. D’autre part, l’utilisation très superficielle des médias sociaux et de l’internet peut causer beaucoup de dégâts.

Je ne pense pas avoir donné beaucoup de révélations avec cet article, mais j’espère que beaucoup d’entre nous sont enclins à réfléchir et à faire attention à ne pas être trop influencés par les modes du moment. Si jamais le jour vient où la technologie remplacera le raisonnement, je crains que ce soit le début de la fin de notre évolution mentale.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :