fbpx

Les vacances de mai comme elles étaient hier et telles qu’elles sont aujourd’hui


Les festivités du mois de mai ont été un bon moment pendant mon enfance et même après. Je suis né dans un petit village de campagne où il y a un sanctuaire dédié à Notre-Dame. Il est dit que là où se trouve le sanctuaire, il est apparu il y a tant d’années Notre-Dame à une bergère, et non seulement elle a trouvé un mouton qu’elle avait perdu, mais a également pointé vers elle l’anus sous la végétation de laquelle elle trouverait son image. Au milieu du XVIe siècle, une chapelle a été construite où la pierre sur laquelle Notre-Dame était apparue et l’image de la Sainte Icône à laquelle de nombreux miracles sont attribués. En mai, le mois marial dédié à Notre-Dame, ce sanctuaire voit arriver des pèlerins et des dévots de toute l’Italie.

C’est un moment très animé pour nous à la campagne, surtout quand j’étais enfant.

Donc, je parle il ya 50 ans cette fête a été très différente, en effet ces vacances parce que La Vierge a été célébrée tous les dimanches à partir du deuxième dimanche de mai.

Et il y a une tradition qui malheureusement depuis quelques années a été perdue, celle du feu de joie qui a été fait dans chaque cour et dans chaque place et place de notre pays le soir du samedi du deuxième dimanche.

Des branches d’olivier ont été employées pour faire ces feux de joie. En fait, les oliviers étaient taillés à cette époque et donc chaque agriculteur avait de très gros tas de branches d’olivier. Et les feux de joie ont tous été faits en même temps et on pouvait voir dans toute la vallée beaucoup de ces feux, à la fois petits et très grands. Le plus grand a été fait sur la place du sanctuaire qui est la place principale du pays.

C’était un moment magique pour nous, les enfants. Et je me souviens aussi des processions qui ont été faites le samedi soir, où la statue de Notre-Dame a été portée sur nos épaules et nous avons tous suivi la procession avec des bougies allumées.
À l’époque, il n’y avait pas encore d’illumination publique, donc cette procession était très impressionnante.

Mais la chose la plus excitante, ce qui nous a fait sauter du lit le dimanche matin, c’est que dans l’avenue menant au sanctuaire et dans la rue avant qu’il y avait de nombreux stands sur le côté de la route. Stalls de bonbons, jouets, plantes, bibelots, etc.

Et beaucoup de gens sont venus à pied de la ville, parce que la tradition voulait se rendre au sanctuaire à pied, même si le dimanche à toutes les heures il y avait un autocar qui a fait le voyage entre Pistoia et le village. Et à toutes les heures, des messes ont été célébrées.

Je me souviens que comme un enfant, il n’a jamais plu la première partie de mai, et avec impatience, nous avons pris le petit déjeuner et a demandé la permission d’aller à la fête pour voir ce qui était sur les étals et peut-être acheter des jouets avec le peu d’argent que nous avions mis sur de côté pour l’occasion.

Quand vous êtes arrivé sur le boulevard, il y avait beaucoup de gens qui ne pouvaient presque pas marcher, des gens qui allaient à la messe ou qui faisaient le tour des étals pour faire du shopping. Et beaucoup sont revenus à la ville et beaucoup sont arrivés. C’était comme ça toute la jour née. Et à midi dans les champs et les prairies près du village, on pouvait voir beaucoup de gens manger assis sur l’herbe, entièrement équipé d’hommes tableof, la nourriture et les boissons.

Tout était très animé et la gaieté était palpable dans l’air.

Au fil des ans, tout a changé. Le stationnement a été fait à côté du boulevard et les étals du marché du dimanche ont été placés là et ne sont plus sur la route.

Les gens arrivaient généralement en voiture, et en fait il fallait les laisser au moins un kilomètre du village pour trouver un endroit pour se garer tant il y en avait. Et pendant de nombreuses années, les choses sont restées comme ça. Tant de gens, surtout les générations plus âgées, marchaient encore. Peut-être que les gens qui sont venus en voiture, sont allés à la messe, ont fait le tour des étals et sont revenus, et lentement les gens qui ont mangé dans les prairies ont disparu.

Puis les stalles ont commencé à disparaître, et de moins en moins venaient. Ces dernières années, la tradition du feu de joie du Sabbat de la fête a été perdue, je les ai vus jusqu’à il ya quinze jours, puis rien de plus.

Et maintenant je vais vous dire ce que j’ai vu en mai dernier.

Je suis allé au village et dans le parking il n’y avait que 2 ou 3 stands, très peu de gens, la Sainte Messe n’était pas là à toutes les heures, mais seulement à l’heure habituelle.

Je n’ai pas été à la fête depuis des années et j’ai été vraiment malade, il n’y a plus de fête, peut-être que les gens ne croient plus rien et c’est vraiment triste que de très belles traditions sont perdues.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!