Montagnes oubliées: La route de Pistoia – Riola

Sur cette route, vous découvrirez des lieux, des bois, des paysages d’une beauté unique. Escalade de Pistoia, en été, dès que les bois commencent, vous vous retrouvez immergé dans une nature luxuriante. L’afa de la ville cède la place à une température délicieuse qui vous incite à marcher sur les sentiers au milieu des bois. Poursuivant vers la forêt fluviale, vous rencontrerez différents types de forêt, d’abord ceux des chênes, puis le hêtre et le châtaignier. Au début du siècle dernier, le sapin Douglas a été planté dans la région semblable à notre sapin, mais il a grandi beaucoup plus rapidement et a des racines très profondes qui préviennent les glissements de terrain.

Ces bois sont spectaculaires, sombres, avec le sous-bois presque absent et les kests s’élevant directement vers le ciel. Avant même d’arriver au village de Monachino, vous pouvez trouver de beaux sapins et des clairières de prairie ou des pâturages où il n’est pas difficile de voir des troupeaux de cerfs paître tranquillement. La région est appelée la Filrva Cantagallo, et est une zone protégée de la région de la Toscane.

Dans cette région, vous pouvez également trouver d’autres espèces d’animaux tels que les chevreuils, sangliers, renards, écureuils, treuil et de nombreuses espèces d’oiseaux tels que le coucou, buzzer, pic de pic, pinson et même des espèces de reptiles tels que le vipère ou l’orbettino. Dans le ruisseau Limentra, exempt de toute pollution, vous pouvez également trouver des crevettes d’eau douce, presque disparu de nos cours d’eau. Même le loup, ce qui n’est pas facile à voir, après des décennies d’absence est revenu à ces lieux probablement rappelé par la forte présence de sangliers.

Il ya plusieurs sentiers de randonnée très confortable ou trekking, des itinéraires sans difficultés particulières, adapté aussi pour les personnes âgées et les enfants dans lesquels marcher tranquillement à travers les bois en appréciant la nature à chaque saison. Particulièrement adapté à l’hiver pour la réfrigération qu’il offre, mais aussi beau en hiver surtout avec de la neige.

Poursuivant sur ce chemin, vous commencez à trouver de petits villages, le premier est le Monachino, où l’église est le bâtiment que vous rencontrez en premier et puis vous trouverez le village qui, malheureusement, l’hiver est complètement désert, sauf pour l’auberge qui est ouvert le samedi et le Dimanche. En été, c’est un village très accueillant avec toutes ses portes ouvertes et ses plantes à fleurs à chaque fenêtre, court, jardin. Et malheureusement, c’est la tendance de ces petits pays qui sont situés dans la vallée de Limentra, non seulement ici, mais aussi dans de nombreuses autres régions de l’Apennine Tosco-Emiliano. La population diminue toujours en nombre d’une année à l’autre et il ne reste souvent que les anciens. Les jeunes descendent dans les villes en aval à la recherche d’un emploi. Dans ces montagnes, il n’y a rien et même les activités qui étaient dans ces vallées ont été fermées.

Par exemple, à Lentula, il y avait une usine d’embouteillage d’eau minérale appelée « Lentula », qui employait une vingtaine de personnes dans le pays et les pays voisins. Il y a des années, cette activité a été fermée et a gravement nui à l’économie de ces régions. Il reste quelques restaurants, mais certains ont fermé, faute de clients. Les petits magasins d’alimentation qui sont progressivement disparus un par un et beaucoup de gens sont venus. Quelqu’un retourne à la vieille maison le week-end ou pour les vacances d’été. Pour ceux qui ne sont pas partis, il n’y a que la coupe de bois, la collecte des châtaignes et la production de farine de châtaigne qui se produit, comme au cours des siècles passés, le séchage des châtaignes avec le feu pendant environ 40 jours dans les petites sécheuses qui n’est pas de dans les châtaignes.

Ce serait vraiment bien si ces traditions ont été découvertes par les générations d’aujourd’hui, en plus du métathto pour les châtaignes, quelqu’un, de plus en plus rare, fait encore du charbon avec des charbons et surtout à la fin de l’été, vous pouvez voir ces grands pires de fumer du bois, tout en consommant à l’intérieur le bois, reste le charbon de bois qui est ensuite utilisé pour le chauffage dans les mois d’hiver.

Dernièrement, certaines associations ont commencé à proposer des promenades sur les chemins de l’Aquerino ou des excursions à la montagne, à un abri, mais ils sont peu nombreux et sporadiques et ne sont pas beaucoup annoncés.

Malheureusement, cette région de l’Apennine Tosco Emiliano est peu connue et appréciée. La route pour voyager attire vraiment peu à visiter ces montagnes. Il est plein de nids-de-poule et le manque de signalisation horizontale, et peut devenir vraiment dangereux en cas de brouillard qui en hiver est fréquent dans ces domaines. L’entretien est absent depuis des années, et s’il est déjà dangereux en été en raison des surplombs, des nids-de-poule et du rétrécissement de la chaussée, les difficultés augmentent considérablement pendant les mois d’hiver en raison du brouillard et du froid qui transforment la chaussée en une dangereuse dalle de glace. Ainsi, les amateurs de montagne préfèrent également d’autres zones mieux préservées et avec plus d’appels pour les touristes.


Laisser un commentaire