Souvenirs de jeunesse, paranormal, séances, histoires étranges

Souvenirs de jeunesse, paranormal, séances, histoires étranges. Avec ce fouillis de mots, je veux vous présenter certains de mes souvenirs qui, qui sait pourquoi, sont revenus à mon esprit aujourd’hui, et de l’un d’eux sont nés d’autres, puis d’autres encore, dans une avalanche. Le premier souvenir qui m’est venu à l’esprit remonte à de nombreuses années, j’étais une petite fille de 15-16 ans environ. Je vivais dans une énorme maison, très vieille. En fait, on dit qu’il a été construit par le Grand Duc de Toscane vers 1600 et utilisé comme auberge.

Le deuxième et le dernier étage étaient inhabités à l’époque. Nous étions une famille de 4 personnes et les chambres du premier étage étaient plus que suffisantes. Un soir, nous étions dans le salon à regarder la télévision quand soudain nous avons entendu des coups très forts à l’étage. On aurait dit que dans la pièce d’angle, la plus grande et celle avec deux fenêtres, quelque chose frappait en plein dans les fenêtres. Nous avons pensé à un oiseau qui était entré par une fenêtre et qui tapait ici et là pour sortir.

Mon père s’est armé d’une bougie, puisqu’il n’y avait pas d’électricité à l’étage car les chambres n’étaient pas utilisées, et nous avons tous les 4 monté les escaliers. Lorsque nous avons atteint le palier, le bruit était encore plus fort. La porte de cette pièce était fermée. Mon père a ouvert la porte et dès que la poignée a tourné, le bruit a cessé. Nous sommes entrés dans la pièce qui était vide et les fenêtres étaient fermées, mais il n’y avait rien dans la pièce.
Nous nous sommes regardés l’un l’autre sans savoir quoi dire ni même quoi faire.

Nous avons fermé la porte et descendu les escaliers pour retourner dans le salon. On n’a jamais parlé de ça entre nous, on n’a même pas essayé de l’expliquer. Et on n’a plus jamais rien entendu dans cette pièce. Aujourd’hui, cela m’est venu à l’esprit et la chose dont je me souviens le plus est qu’en arrivant en haut des escaliers, j’ai ressenti comme un vent glacial qui n’a duré qu’un instant, mais qui m’a donné la chair de poule. Cette maison a ensuite été rénovée et divisée en trois appartements. Inutile de dire que je ne voulais pas de l’appartement qui comprenait cette pièce, qui est devenue le placard de l’appartement de mon frère.


Je n’y ai pas mis les pieds depuis cette époque. De ce souvenir, qui me perturbe encore un peu, même si personne n’a plus jamais entendu de bruits étranges provenant de cette pièce, me sont revenus en mémoire des souvenirs de quelques années plus tard, lorsque, jeunes inconscients et curieux de tout, nous avons voulu essayer les séances de spiritisme. Tout a commencé un mois d’août, dans un petit village de montagne, par un grand groupe de garçons et de filles ayant presque le même âge et l’envie de s’amuser. À l’époque, ce n’était pas comme aujourd’hui, dans les villages de vacances, on essayait de faire des choses pour attirer les vacanciers et leur faire passer du bon temps.

Il n’y avait qu’un seul bar dans ce village, et quelques fois en août, le dimanche, un petit orchestre jouait des danses de salon. Près du village, il y avait la maison des anciens qui avait été abandonnée car elle avait été reconstruite au centre du village. C’était une immense pièce avec de hautes fenêtres toutes brisées et une scène en bois au fond. Il restait quelques tables en bois et de longs bancs. Aussi pour passer le temps, nous avons décidé cet été-là de donner un coup de propre à cet endroit pour y aller le soir après le dîner avec un tourne-disque pour danser.

Nous y avons travaillé toute une journée, mais le soir, armés de bougies, puisqu’il n’y avait pas d’électricité, de quelques piles et d’un tourne-disque, nous nous sommes tous retrouvés là pour danser un peu. Cette année-là, une fille de Rome est venue en vacances pour la première fois et, à un certain moment de la soirée, elle a dit : « Cet endroit serait parfait pour une séance. Nous en faisons souvent à Rome, je suis un médium. On essaie ? »

Tout le monde était d’accord même si je dois avouer que je n’en avais jamais fait et que j’avais un peu peur. Nous avons mis la table au milieu de la pièce, les bancs tout autour et nous nous sommes assis. C’était la séance classique avec la soucoupe et les lettres autour. Nous nous sommes tous pris la main et cette fille a commencé à appeler un comte, dont je ne me souviens pas du nom, mais elle nous a dit qu’il était son guide spirituel. Au bout d’un moment, nous avons tous posé un doigt sur la soucoupe et elle a commencé à bouger lentement.


Je dois dire franchement que beaucoup d’entre nous ont fui le rire, nous ne croyions pas beaucoup en ces choses, nous le faisions juste pour le plaisir. Cependant, compte tenu de l’endroit, qui était très proche du cimetière et un peu éloigné du village, de la pièce avec les énormes ombres que seules les bougies peuvent faire et d’une petite suggestion, nous nous sommes tous tus et à ce moment-là, un tonnerre a explosé dans l’air, accompagné d’un éclair qui a inondé la pièce de lumière.

On aurait presque pu croire qu’il était tombé à côté de la maison, car il ne s’est pas écoulé une seconde entre l’éclair et le tonnerre très fort. Aucun d’entre nous, pris par la nouveauté de ce nouveau passe-temps, n’avait remarqué que le temps avait changé, qu’il s’était mis à pleuvoir et que le tonnerre n’était que le début d’un très fort orage.
Cela nous a cependant fait un peu peur, en fait nous avons attendu qu’il pleuve, puis personne ne voulait rentrer seul, alors nous avons organisé une sorte de procession pour nous accompagner les uns les autres.

Nous n’avons plus fait de séances là-bas, mais nous avons continué à en faire dans diverses maisons de vacances cet été-là et les suivants.
J’ai personnellement arrêté lorsqu’une dame qui travaillait avec moi, après un récit que j’avais fait de séances de spiritisme, où d’ailleurs rien d’excitant n’est jamais arrivé, sauf une fois où une jeune fille, peut-être très impressionnable, s’est évanouie, m’a raconté son expérience. Quand elle était petite, elle faisait des séances de spiritisme, comme nous.

C’était une façon amusante de passer la soirée, de se retrouver et peut-être de se moquer de quelqu’un qui les prenait un peu trop au sérieux. Elle m’a donc raconté qu’un soir, lors d’une de ces séances, une fille a participé, une amie du propriétaire de la maison, qui n’en avait jamais fait. C’était une séance comme beaucoup d’autres, une petite discussion, quelques rires et quelques taquineries. Quand les lumières se sont rallumées, cette fille a parlé de l’auto-illusion. Elle a dit que l’esprit est capable de nous faire voir même ce qui n’existe pas si nous sommes suffisamment conditionnés. Et que pour certaines personnes fragiles et crédules, il pourrait arriver que de telles expériences, une fois seules, se transforment en quelque chose de concret, même si ce n’est qu’imaginaire. La suggestion, a-t-elle expliqué, est une chose très puissante et dangereuse.

Franchement, elle était plus effrayante que la séance. La dame m’a ensuite dit qu’elle était rentrée chez elle et s’était couchée. Elle ne pouvait pas dormir, et elle pensait toujours à cette discussion d’esprit. Elle n’a même pas éteint la lumière, elle était si effrayée. Elle a essayé de dormir mais elle ne pouvait pas, ces mots tournaient comme des toupies dans son esprit. À un moment donné, elle vit la porte de l’armoire devant le lit s’ouvrir lentement, elle s’ouvrit presque à moitié et se referma avec un bruit sourd.
Inutile de dire que ce soir-là, même si elle était une grande fille, elle a voulu dormir dans le lit de sa mère et de son père, à qui elle a raconté ce qui s’était passé et qui l’ont taquinée à vie à cause de cela.

Mais depuis, elle n’a plus fait de séances et cette histoire m’a fait un peu peur, même si je n’ai jamais vu de choses particulières et étranges, mais depuis, je n’ai plus voulu faire de séances.

L’un d’entre vous a fait ou fait des choses comme ça ? Quelqu’un a-t-il des histoires à partager ? Souvenirs de jeunesse ou récits de vieilles personnes un peu effrayantes ?

Je me souviens encore des soirées passées lorsque j’étais enfant. Après le dîner, nous allions chez quelqu’un et, autour du feu, nous mangions des « frugiate », qui sont des châtaignes cuites sur le feu, nous écoutions les grands-parents nous raconter des histoires effrayantes. Nous, les enfants, restions des heures à écouter ces histoires de fantômes, de maisons en ruine, de princesses kidnappées par des ogres et bien d’autres encore dont je ne me souviens plus.



Il est possible de laisser un commentaire en tant qu'utilisateur enregistré du site, accédant par les réseaux sociaux, compte wordpress ou en tant qu'utilisateur anonyme. Si vous souhaitez laisser un commentaire en tant qu'utilisateur anonyme, vous serez informé par courrier électronique d'une réponse possible uniquement si vous saisissez votre adresse électronique (facultatif). L'inclusion de toute donnée dans les champs de commentaires est totalement facultative. Toute personne qui décide de saisir des données accepte le traitement de celles-ci pour les finalités inhérentes au service ou la réponse au commentaire et aux communications strictement nécessaires.


Laisser un commentaire