fbpx

C’était mieux quand ça empirait

Ma chaudière, celle qui produit de l’eau chaude et du chauffage, est en panne. Il faut plusieurs jours pour le réparer ou le changer, c’est un vieux modèle, en plein air et encastré. Ils disent qu’ils ne font plus ça. Ce n’est pas pour ça que j’écris.
Tout cela m’a fait penser à mon enfance, quand ces choses n’étaient pas là. Pourtant, il n’est pas tellement temps, mais en regardant en arrière aujourd’hui, à la lumière de toutes les technologies que nous avons, il semble evo moyenne.

Je suis né dans un petit village de campagne, village paysan typique, près de la ville. Mais je me souviens quand j’étais petit il n’y avait pas d’approvisionnement en eau, donc nous n’avions pas d’eau dans la maison. Il y avait des puits où avec des seaux nous allions plusieurs fois par jour pour obtenir l’eau dont nous avions besoin pour tout, de l’hygiène personnelle à la cuisine. Pour faire la lessive, pas de machine à laver, mais le public esquisse où toutes les femmes du pays sont allées laver leurs vêtements.

Maintenant, à bien y réfléchir, on a vraiment l’impression que c’était une vie difficile. Et peut-être d’une part, c’était parce que nous n’avions même pas les toilettes, comme nous l’avons fait aujourd’hui avec les toilettes, le bidet, l’évier et la baignoire., mais de petits tabourets avec un trou et un journal au lieu de papier hygiénique qui encore à la campagne n’est pas encore à la campagne ne fait pas à la campagne n’est pas encore à la campagne n’est pas encore à la campagne elle était connue. Quand ils ont finalement apporté l’approvisionnement en eau dans le pays, mon père a été l’un des premiers à prendre un bain tel que nous le comprenons aujourd’hui.

Je me souviens encore de plusieurs familles qui venaient le voir. Oui, la vie était plus difficile qu’elle ne l’était aujourd’hui. Aujourd’hui, nous avons tellement d’appareils qui font tellement de choses qu’il y a seulement 50 ans, une femme a dû faire sans aucune aide. Et même alors, les femmes travaillaient, elles n’étaient pas seulement des ménagères, peut-être pas toutes, mais la plupart l’ont fait. Si vous n’aviez pas un vrai travail à la campagne, vous travailleriez, dans le jardin, dans les champs, ou avec de petits tricots, crochet ou broderie. Mais ce sont les gens qui étaient différents. Très différent de ce qu’il est aujourd’hui. Je ne peux parler que de la vie à la campagne, je n’ai jamais vécu en ville et peut-être que dans la ville les gens n’étaient pas comme à la campagne.

À la campagne, nous nous connaissions tous et il y avait beaucoup de choses que nous partagions. Les maisons étaient ouvertes à tous, nous, les enfants, sommes allés d’une maison à l’autre sans avoir besoin d’invitations, et c’était le cas pour les adultes. Je me souviens quand dans le petit village où je suis né est venu le premier téléviseur. La radio peut dire que tout le monde l’avait, mais la télévision était vraiment d’excellentes nouvelles, même si nous savions tous ce que c’était, mis à jour par les citoyens où il était venu un peu plus tôt. La maison de l’heureux propriétaire du premier téléviseur est devenue la maison de tout le monde. Les garçons s’y resparaient à 17 h quand les garçons ont commencé.

Adultes le soir après le dîner pour voir un film ou un spectacle ou même juste les nouvelles. Et cela a duré jusqu’à ce que quelqu’un d’autre pourrait acheter un téléviseur, mais dans la maison de cette famille, nous étions tous les bienvenus. L’été après le dîner, nous nous asseyions dans le hall avec des chaises longues et les adultes discuteraient sur le plus et moins et nous les gars joué avec les gerbes de blé ou de cache-cache. Et presque tous les soirs quelqu’un a apporté pastèque que nous avons partagé entre nous tous.

L’hiver toujours après le dîner toute la famille a déménagé dans une autre maison à son tour et nous nous sommes assis autour du feu (tout le monde avait un poêle à bois ou une cheminée alors) pour manger frugiate et les adultes à boire du vin chaud aromatisé avec des clous de girofle et de la cannelle. Et même alors, vous avez apporté quelque chose, un morceau de focaccia, un fruit, ou des biscuits. J’ai adoré ces soirées parce que mes grands-parents nous racontaient toujours des histoires assez effrayantes, mais nous demandions constamment à nous raconter. Il y avait aussi d’autres occasions où toute la petite communauté se réunissait.

Par exemple, le 15 août, le ruisseau qui passait près de nos maisons, a été détourné pour prendre de nombreux vaons qui ont ensuite été frits et mangés par tout le monde sur les tables mises dans la cour avec des bancs. Une autre fois, l’eau a été détournée de la gora qui a apporté de l’eau au moulin et les hommes ont sorti beaucoup de belles anguilles, qui ont été cuits et mangés tous ensemble.
Étant un contexte paysan, la vie a été marquée par les saisons. Il y avait la période de semis, de récolte, de jardinage, de battre le blé, la récolte, etc.
Pour les petits enfants comme moi, toutes les périodes étaient vraiment excitantes. Mais le plus excitant jamais été le jour de la raclée de blé.
Il y a eu cette énorme machine qui divisait les grains des autres. Les grains de blé se sont retrouvés dans des balles de jute, puis apportés au moulin. Le reste était de la paille et était entreposé dans des granges pour servir de repas pour les animaux de ferme ou de travailler en hiver.
Le matin, nous nous réveillions du bruit rythmique de cette voiture, qui était très fort et habillé au moins le pire et sans même prendre le petit déjeuner, nous avons couru dans l’aile pour voir la voiture, cette monstruosité qui un peu nous a effrayés, un peu fasciné.

Et la journée s’est déroulée comme ça avec les fermiers à proximité qui sont venus aider, transportant des personnes âgées et des enfants. Vers midi dans le coin de l’allée a été mis sur des tables de fortune et ils ont mangé tous ensemble, les pâtes avec sauce à la viande et la viande sur le gril avec des montagnes de légumes et de pommes de terre rôties. C’était une fête vraiment agréable qui s’est terminée dans la soirée avec un dîner toujours sur l’aile et une veillée jusqu’à tard. Même nous les enfants à cette occasion ont été autorisés à rester jusqu’à tard et nous avons eu du plaisir à chasser les lucioles que, une fois que nous sommes rentrés à la maison, nous avons mis sous un verre et le matin au lieu des lucioles, nous avons trouvé de l’argent.

Une autre belle journée a été la récolte. À cette occasion aussi, les agriculteurs qui étaient proches d’eux sont venus nous aider, comme nous l’avons fait à notre tour. Nous avons donc quitté la maison avec un joli panier en osier et une paire de ciseaux. On allait dans une rangée et on remplissait le panier de grappes de raisins. Pendant ce temps, le chariot est venu avec le filet porté par deux bœufs et chaque fois que nous avions le panier plein, nous allions au filet et le vider à l’intérieur.
Toujours à midi, nous avons mangé dans l’aia tous ensemble et une fois la récolte terminée, nous les petits enfants nous mettre dans les pieds nus pour ramasser les raisins. C’était tellement amusant.

C’était aussi une fête qui a duré toute la journée et le lendemain, vous iriez à un voisin et tout recommencer.
Nous sommes arrivés à la récolte d’olives, mais ce n’était pas un de mes moments préférés. Habituellement, vous commencez à recueillir des olives en Novembre et à ce moment où il ne pleut pas, il fait froid. Je me souviens des mains qui y allaient après un certain temps. Quand nous sommes rentrés, nous nous sommes précipités à la cuisinière pour nous réchauffer. Mais alors a commencé la beauté de cette période. Nous allions tous autour d’une table où les olives ont été mis un peu à la fois et vous avez dû enlever toutes les feuilles et les pigeons d’olive.

À l’époque, les grands-parents nous racontaient des histoires que nous écoutions kidnappées, même si nous les connaissions déjà, mais nous ne nous lassions jamais de les entendre. L’hiver est une saison assez triste à la campagne. Il fait nuit tôt, il pleut et nous oblige à rester dans la maison. La bonne chose est que dans la campagne les maisons étaient souvent très grandes et nous les enfants et les adolescents avaient toujours une chambre où nous pouvions apporter nos jouets et jouer tous ensemble, après avoir fait le travail scolaire et jusqu’à l’heure du dîner. Les chambres généralement froides, il n’y avait pas de chauffage alors. Dans la cuisine il y avait un poêle à bois qui servait à la fois pour le chauffage et la cuisine. Dans le bon salon il y avait la cheminée, qui était allumée seulement quelques fois par an, généralement pour les vacances de Noel. Dans d’autres parties de la maison, il n’y avait rien.

Mais nous nous ficions, nous avions juste besoin de pouvoir jouer. Tous ces souvenirs appartiennent à la fin des années 50 au début des années 60. Mais déjà quelques années plus tard, tout a commencé à changer. L’arrivée du réseau d’eau, les premiers appareils électroménagers, le téléphone, qui s’est lentement propagé à toutes les maisons et nous les enfants qui ont une fois terminé l’école primaire qui étaient dans le village, nous avons commencé l’école intermédiaire dans la ville où tout était un peu différent , à certains égards très différent. Certaines choses depuis quelques années sont restées les mêmes. La récolte, le battement du blé, les fêtes du village, et les gens qui s’aidaient les uns les autres, les veillées et les amitiés, puis lentement tout a commencé à changer et les gens ont commencé à faire plus de vie chacun sur leur propre.

Les personnes âgées qui étaient celles qui ont continué les vieilles traditions, ont commencé à échouer et les enfants n’ont pas renouvelé ces traditions. Avec l’arrivée des voitures, nous nous sommes éloignés les uns des autres. Et même si nous nous faisons encore des amis à partir de quand nous étions petits, nous sommes de plus en plus rarement pris dans la vie trépidante que nous sommes obligés de vivre aujourd’hui. Et il est étrange de penser que toute la technologie qui nous aide à faire tant de choses et donc nous devrions avoir plus de temps à consacrer à nous-mêmes et aux autres, au lieu de cela nous aide à nous isoler de plus en plus. Même les parents proches, les oncles, les tantes et les cousins que nous fréquentions autrefois très souvent, maintenant nous ne nous voyons que lors d’un mariage, d’un baptême ou d’un enterrement.

Et chaque fois que nous nous regardons et que nous disons : « Nous devons nous rencontrer comme avant », mais qui sait pourquoi nous ne le faisons pas. Tout le monde retourne à sa vie, à ses problèmes et que les anciens meurent, qui sont ceux qui agissent encore comme de la colle dans les familles, nous commençons à manquer un mariage, un baptême et peut-être que nous sommes seulement à certains funérailles. Et nous découvrons des enfants de cousins que nous ne connaissions pas, des familles qui se sont formées sans que nous sachions quelque chose et quand nous nous trouvons comme ça prend toujours un peu de tristesse et le désir de repenser ce qu’était la vie il ya tant d’années et peut-être le dire aux jeunes, parce que pour moi, il semble que et les jeunes d’aujourd’hui manquent quelque chose.

Quelque chose que nous avions en abondance et que nous manquons maintenant vraiment, le désir d’être ensemble, de nous aider, de nous soutenir, de profiter de belles choses ensemble et de se consoler les uns les autres pour les mauvaises choses. Donc, vous pensez que vous ne faites rien pour ramener ce mode de vie, vous trouvez mille justifications, que les gens sont égoïstes et ne peuvent pas penser que pour eux-mêmes. Mais au fond, nous avons l’habitude de regarder seulement dans notre jardin et de se débarrasser de notre voisin.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.